Cours d'esthetique

jeudi, novembre 24, 2005

Gérard Genette – L’œuvre d’art, La relation esthétique

Genette fait dans cet extrait écho au texte de Danto, en évoquant cette époque durant laquelle la lecture immanente des œuvres et la mort de l’auteur trouvait son pendant dans la liberté absolue de l’activité interprétative du lecteur. (p.187). Loin d’adhérer à ce courant, Genette concède néanmoins – tout comme Danto d’ailleurs – que les sens des œuvres n’en est pas moins fluctuant : « la pluralité fonctionnelle de l’œuvre est l’évidence même. Pour citer de nouveau Malraux, « la métamorphose n’est pas un accident, elle est la vie même de l’œuvre d’art. » (p.188)

Genette met également l’accent – toujours au sujet de l’interprétation – sur le contexte des œuvres, comme un facteur décisif pour leur bonne intelligence. Ignorer les références implicites de l’œuvre ou encore son contexte historique revient à en avoir une vision incomplète, et gêne du même coup l’interprétation. Il n’y a donc pas d’insularité de l’œuvre, elle ne naît pas ex-nihilo mais procède toujours d’une évolution dans une histoire artistique, politique et sociale définie.